“Michael Jordan plays ball.
Charles Manson kills people.
I talk. Everyone has a talent.”

Six Feet Under

En fin d'année dernière, la grève des scénaristes a quelque peu bousculé ou plutôt interrompu le planning de tournage et donc de diffusion de la plupart des séries américaines dont ER et Desperate Housewives. Il a bien fallu que je comble cette absence bi-hebdomadaire par autre chose, d'où le départ de la chasse au pilote. Je me suis d'abord tourné vers The Wire, série diffusée sur HBO entre 2002 et 2008. Simplement, le pilote ne m'a pas inspiré : série policiaire & cie. Deuxième essai : Six Feet Under, également diffusée sur HBO entre 2001 et 2005. Contrairement à The Wire, le pliote m'a largement donné envie d'en voir plus : contexte morbide, personnages loufoques, événements trash, autant de choses qui ont attisé ma curiosité.

5 saisons et 63 épisodes plus tard…

Rapidement dévorée, la série s'est effectivement avérée être d'une très grande qualité à tous points de vue : un générique magistral, l'excellent concept du décès introductif, l'interprétation sans faute de tous les personnages et même un scénario bien ficelé. Mention spéciale à la bande originale qui m'a surpris régulièrement avec des morceaux d'artistes que j'affectionne tout particulièrement : Zero7, Air, Phoenix, Lamb… Que pouvais-je espérer de mieux ?

Des deux autres séries que je suivais jusqu'alors, ER et Desperate Housewives, aucune n'avait encore été terminée, n'ayant donc jamais eu l'occasion de visionner le final d'une série. Le final de Six Feet Under fut le premier. Au vu de la qualité de la série, je me permettais d'espérer un bon voire un très bon épisode final mais sans vraiment savoir à quoi m'attendre en terme de scénario. En fait, ces dix minutes finales du dernier épisode sont juste exceptionnelles. Sur le titre Breathe Me de Sia, jamais je n'aurais osé imaginer une fin aussi couillue. Mais après tout, la vie, l'amour, la mort sont les valeurs de cette série. Quoi de plus juste donc que de voir se terminer ce qu'on a, un jour, vu commencer…

Bref, Six Feet Under est une série d'une grande classe achevée comme il se doit par un excellent final. J'attends impatiemment celui de ER qui devrait entrer en septembre dans sa quinzième et dernière saison.


Once

Certainement une des surprises les plus appréciables de 2007 au cinéma, Once est ce que l'on peut appeler un film musical, ce genre même de films que j'évite en général. Once raconte l'odyssée d'un jeune compositeur et interprète de ses propres titres, à l'écran comme à la ville (Glen Hansard), tentant tant bien que mal de faire valoir son travail pour accomplir un rêve qu'il n'avait jamais imaginé et dont il ne s'était jamais cru capable.

Certes le film est riche en musique mais il faut reconnaître que les morceaux y sont d'une part très bons et d'autre part plutôt bien mis en valeur. On citera Falling Slowly ainsi que Say It To Me Now, morceau qui fait la scène d'ouverture on ne peut plus accrocheuse de Once, à visionner ci-dessous.